Déjà l’automne à la pépinière !

2 mois et demi que je n’ai pas publié de nouvelles… le temps passe vite au soleil !

Cet été m’a permis d’appréhender le terrain et de travailler un peu mon « catalogue » de plantes utiles et comestibles.

Grâce à l’aide de bénévoles au top et de petits lutins toujours très travailleurs, j’ai pu avancer les travaux de la serre, qui est bientôt terminée.

Cette vieille dame de fer (on pourrait l’appeler Margaret ?) a revêtu un plastique tout neuf pour une deuxième jeunesse. Reste à lui donner des portes, et surtout à savoir ce qu’elle abritera sous son aile.

La pose du plastique de la serre :

serre-pepiniere

Marie, Marion Jean-Pierre et Charlie, une équipe au top

Défrichage de l’intérieur de la serre, pour enlever les souches des petits arbres qui perceraient le plastique en poussant.

Rémy avec la pioche

Rémy se défoule avec la pioche

Sarah, Jackie, Jean-Pierre et Charlie posent fièrement devant la serre presque finie

Sarah, Jackie, Jean-Pierre et Charlie posent fièrement devant la serre presque finie

Le tunnel est donc presque installé, il reste à y fixer les portes et à terrasser le sol de l’intérieur sur le côté gauche pour pouvoir y mettre des plantes en pots sans avoir de problème d’irrigation (le côté droit sera consacré aux pieds-mères).

Les plantes poussent globalement bien, l’essaim d’abeilles a l’air d’être assez fort pour pouvoir affronter les rigueurs de l’hiver (l’autre est parti voir si les fleurs sont plus belles ailleurs).

L’automne, c’est aussi l’occasion de nouvelles découvertes culinaires, comme ce polypore soufré délicieux. Ce champignon qui se voit de loin (orange sur le dessus, jaune presque fluo en dessous) fait penser à un mélange de tofu et de poulet. A essayer, c’est bluffant.

DSC08477

La cueillette également de cônes (fleurs femelles, ou strobiles) de houblon sauvage pour en récupérer les graines et faire des tisanes relaxantes.

Fleurs femelles de houblon

Fleurs femelles de houblon

Enfin c’est aussi l’occasion d’expérimenter en cueillant des marcottes de ronces (le bout des tiges qui s’enracinent) pour essayer de créer un genre d’hormone de bouturage naturelle. Retours d’expérience à suivre.

Marcottes de ronces pour tester l'emploi des hormones contenus dans l'eau de ronces pour le bouturage

Marcottes de ronces pour tester l’emploi des hormones contenues dans l’eau de ronces pour faciliter le bouturage

Un énorme merci à tous ces petits lutins sans lesquels ce projet un peu fou ne pourrait pas exister.

2 commentaires pour “Déjà l’automne à la pépinière !
  1. Christophe dit :

    Merci beaucoup Valentine pour ton accueil de ce jour et la sympathique visite de ta pépinière sous un doux soleil d’automne.
    Félicitations pour ce beau projet que passion et travail devraient permettre de mener à son terme.
    Je ne manquerai pas de repasser par là … et me ferais alors un plaisir de jouer les petits lutins 😉
    Bon courage à toi d’ici là.
    Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*