Des mésanges, des chauve-souris et des pommes

Cette émission de CO2 Mon Amour aborde des thèmes intéressants :

Les pommes, et notamment les pommiers du Kazkhstan (Malus sieversii), résistant particulièrement aux maladies (et notamment la tavelure, qui fait des ravages sur nos pommiers).

Avoir aussi sur le sujet, le documentaire « Aux origines de la pomme » dont voici le trailer :

L’émission parle aussi de la lutte intégrée dans les vergers : les agriculteurs incitent les prédateurs des ravageurs à s’installer.

Nichoirs à mésanges et nids à chauve souris en béton cellulaire invitent les belles à s’installer sur place et déguster régulièrement des chenilles du carpocapse, papillon très redouté.

La méthode de la confusion sexuelle est aussi plebiscitée pour le carpocapse: on pose des baguettes hormonales qui diffusent une hormone femelle se qui distrait le mâle et le rend incapable de la retrouver. Comme il n’y a pas de  fécondation la femelle pond des oeufs clairs, ce qui plait à tout le monde, sauf aux mésanges !

Les coccinelles se chargent de leur côté de dévorer les pucerons cendré.  La culture de sureaux permet d’attirer les pucerons tôt en saison, ce qui donne le temps au coccionnelles de venir et festoyer.

L’ajout de bandes enherbées permet d’éviter l’érosion, d’apporter de la matière organique, et héberger les insectes auxiliaires.

Ces techniques limitent voire en suppriment les produits phytosanitaires.

 

En fin d’émission, Jean-Martin Fortier, agriculteur québécois présente ensuite ses méthodes de culture sur très petite surface à l’occasion de son livre Le Jardinier Maraîcher.

Une méthode qu’il applique à sa Ferme de la Grelinette, sur moins d’un hectare , avec un rendement très fort, étant donné que les investissements sont très faibles.La culture y est très intensive et manuelle, la plannification très importante pour optimiser le peu de place disponible. Il s’inspire d’Eliot Coleman, pionnier de l’agriculture sur très petite surface.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*