Microbiologie des sols vivants

On en présente plus Claude Bourguignon qui nous présente ici rapidement le fonctionnement d’un sol vivant.

L’arbre fait tomber des feuilles et branches mortes, la faune épigée (qui vit à la surface du sol) les digère et produit des crottes, de la matière organique broyée en éléments très fins. Les champignons (seuls organismes au monde capables de digérer la lignine) attaquent ces crottes et les transforment en humus. Ce processus se fait en surface du sol.

L’arbre c’est le maître des sols. Claude Bourguignon

Les arbres ont 2 types d’enracinement :

horizontal : sous la matière organique à la surface du sol : les bactéries minéralisent l’humus lorsque le printemps réchauffe le sol, libérant les nutriments nécessaires  la croissance des plantes. Les racines sont donc placées juste en-dessous pour les y accéder facilement.

pivotant : La racine profonde de l’arbre sécrète des acides, qui attaquent la roche mère et la transforment en argiles. La faune endogée se nourrit des racines mortes et « nettoient » le sol, libérant des galeries pour de nouvelles racines.

Ce sont les lombrics qui vont permettre la rencontre entre ces deux couches du sol (humus et argile), créant le complexe argilo-humique, grâce au calcium présent dans leur glande de morène.

 L’agriculture n’a pas besoin d’azote, elle a besoin de carbone, c’est cela que les agriculteurs n’ont pas compris.

Pour Claude Bourguignon, l’Homme a inventé 2 armes de destruction massive des sols :
– la charrue, qui met la matière organique dans le sol, mais tous les champignons sont aérobie, ce qui fait qu’ils ne peuvent pas travailler en profondeur sans oxygène
– les engrais chimiques, qui stimulent les bactéries, ce qui accélère la minéralisation de la matière organique (la faune qui s’en nourrit disparaît). Les vers de terre ne remontent donc plus les éléments nutritifs dans le sol, ce qui provoque l’appauvrissement des sols et la pollution des nappes phréatiques.

C’est aussi la disparition des champignons, qui a beaucoup endommagé les sols, c’est pourquoi le BRF a un effet tellement spectaculaire sur la relance de la vie des sols : on y apporte de la lignine, que seuls les champignons sont capables d’attaquer, et on remonte rapport carbone/azote.

Arrêtons-donc d’enfouir de la matière organique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*