Aux origines de l’agriculture

Ces 2 épisodes de l’émission Sur les épaules de Darwin retracent les débuts de l’agriculture. Avec la voix lente et poétique qui le caractérise, Jean-claude Ameisen nous conte comment l’homme s’est petit à petit sédentarisé pour cultiver la terre.

Le développement de l’agriculture a représenté l’une des principales révolutions dans l’histoire de l’humanité

La transition du mode de vie de chasseur cueilleur à celui de fermier a modifié en profondeur les sociétés humaines, développant l’impression de l’Homme d’être maitre et possesseur de la nature, à l’ère du néolithique. Elle a aussi lancé le développement des villes, la planification agricole (des semailles et moissons), la naissance des empire et des armées qui protègent les récoltes.C’est aussi le début du développement des inégalités.

C’est la possibilité de construire des récipients de plus en plus grands et lourds à transporter qui va inciter les hommes à s’installer sur des terres, d’abord dans le croissant fertile. En prévision des périodes de disette, les hommes vont stocker des récoltes au même endroit dans des poteries. Les Natoufiens commencent par domestiquer l’orge et le blé. En Chine on commence à domestiquer le millet.

Entre ethnologie, chimie, anthropologie, génétique, science et histoire, l’émission explore et devine l’installation des premiers agriculteurs.

Un point intéressant à la fin de la deuxième émission : l’émergence d’une mutation génétique permettant de conserver l’enzyme qui facilite la digestion du lactose (appelée lactase) lorsque les hommes ont commencé à devenir agriculteurs. Cette enzyme disparaissait naturellement vers l’âge de 7 ans, mais les peuples agriculteurs l’ont peu à peu conservé. Ceux qui n’ont pas beaucoup connu cette mutation génétique ont utilisé de nombreuses façons de faire cailler le lait (fromage, yaourts) pour faciliter sa digestion par un premier travail des ferments et bactéries.

Une belle émission, qui prend le temps de conter, des détails, de la musique, des silences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*