Les racines et les arbres

Le sol est le plus grand réservoir de biodiversité sur la planète. Dans 1g de sol, il y a un milliard de bactéries.

La première partie de l’émission porte sur les arbres et  leurs racines, parties invisibles mais tellement essentielles.

On trouve 2 grands types de symbiose dans le sol :

  • les mycorhizes : symbiose entre les racines des végétaux et les champignons pour l’acquisition des nutriments et de l’eau (90% des végétaux)
  • la fixation de l’azote : certaines plantes (principalement des légumineuses) s’associent aux bactéries du sol pour accéder à l’azote atmosphérique, via des nodosités (nodules) sur les racines. Ceci enrichit le sol et bénéficie à l’ensemble des végétaux.

Fonction des racines :

  • ancrage dans le sol
  • absorption de l’eau et des nutriments
  • mise en réserve des composés carbonés (sucres) pour plus tard.

Le système racinaire est très mobile pour rechercher les ressources disponibles et les racines peuvent échanger de la sève entre plusieurs arbres (même espèce ou arbres voisins).

Une grosse partie du carbone assimilé par les parties aériennes sont transportés dans le système racinaire. Dans le sens inverse, les feuilles transpirent de l’eau, ce qui crée de la pression et donc un mouvement acsendant pour remonter les nutriments et l’eau vers la partie aérienne de l’arbre.

Moins il y a d’eau, plus l’arbre crée des racines, le système racinaire dépend beaucoup du milieu dans lequel l’arbre se trouve (notamment si l’eau est disponible).

Dans la deuxième partie de l’amission, ils étudient les relations des arbres avec les champignons. C’est le réseau mycélien (et non les champignons que nous connaissons, qui sont leurs organes sexuels, la face visible de l’iceberg) qui  a un rôle très bénéfique sur le sol. Le mycélium crée une expansion du système racinaire et permet au végétal d’accéder à de l’eau et à des nutriment sans créer de nouvelles racines.

L’apport d’engrais élimine la symbiose.

Dans une forêt, on trouve 3 grands types de champignons : les champignons symbiotiques à effet bénéfique, les champignons xylophages qui recylent le carbone des arbres morts, et les champignons parasites qui se nourrissent de matières vivantes (les arbres).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*