Les trognes dans l’agroforesterie

Cette présentation des trognes (arbres têtards) dans l’agroforesterie par Dominique Mansion a été filmée aux Journées Arbres et l’Agriculture lors du festival Paysages in Marciac en juillet 2012.

Comment un seul arbre peut-il avoir une seule vie ? Grâce aux trognes, pardi !

Pour de nombreuses espèces, lorsque le houppier de l’arbre est coupé, des bourgeons habituellement en dormance s’activent et recréent des ramifications. Cela lui permet de survivre aux tempêtes, et aux des animaux.

Le taillis, pratique autrefois très commune regagne aujourd’hui en popularité (notamment en permaculture et agroécologie) grâce à ses nombreux atouts :

  • En obligeant l’arbre à recréer des branches, on le pousse à produire une biomasse importante, le « nouvel arbre » (cépée) issu du taillis bénéficiant de tout le réseau de racines déjà existant.
  • Certaines essences fournissent un fourrage de qualité.
  • Les racines stabilisant par exemple les cours d’eau ne meurent pas et reste en place, diminuant les risques d’érosion du sol des berges.
  • Les nouvelles branches fournissent des fagots et du bois de chauffe, voire même du bois de charpente si l’arbre est taillé à basse fréquence.
  • Tout comme les vieilles souches d’arbres, les trognes ou têtards accueillent une faune très diversifié et encourage la biodiversité

Exemples d’espèces à utiliser en trogne : le charme, l’érable champêtre, le frêne (très apprécié en fourrage pour les animaux), l’aulne, le saule, le platane, le mûrier (en aviculture notamment), le tilleul, le peuplier, l’olivier, le poirier, l’alisier torminal, le chataignier (utilisé en agroforesterie avec du seigle en Sologne), le hêtre.

Merci à l’association AFAF Agroforesterie qui a réalisé cette vidéo.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*