Création d’une pépinière de plantes

miscanthus

Aujourd’hui débute une nouvelle vie pour moi : la création d’une pépinière spécialisée dans les plantes utiles et comestibles sur 5000m² (un demi-hectare) en zone protégée, un terrain encore un peu sauvage à aménager. Le terrain est situé au sud-est de Lyon, dans le Rhône, juste à côté de l’Isère.
Un lac situé au dessus permet d’irriguer par gravité, le terrain orienté sud avec une pente très douce, je peux utiliser une serre tunnel, la terre est argilo-limoneuse, bref les conditions semblent très bonnes !

Le terrain en hiver 2015

Mon objectif est de proposer aux particuliers des plantes qu’ils pourront utiliser dans leur jardin, sur leur balcon, leur terrasse, etc.

« Jardiner est un acte majeur, un acte de résistance dans un monde où même la capacité de se nourrir par soi-même est confisquée aux populations. Cultiver son jardin est un acte politique. » Pierre Rabhi

Je sélectionne des plantes qu’on utilise souvent en permaculture parce qu’elles présentent souvent plusieurs fonctions à la fois. Par exemple certaines améliorent le sol (fixatrices d’azote, accumulateurs dynamiques), attirent la faune auxiliaire (pollinisateurs, oiseaux, insectes…), sont comestibles, mellifères, ou simplement un régal pour les yeux !

Tout le terrain de la pépinière sera cultivé selon les règles de l’agriculture biologique (sans engrais ni produits chimique). Je souhaite aller plus loin que ce « simple » label et intègrerai bientôt le réseau « Nature et Progrès ».

Mes plantes seront principalement cultivées en plein air, et parfois en tunnel froid. Ces conditions de culture sur des cycles longs assurent des végétaux de qualité, non forcés et qui reprendront facilement chez vous.

Je souhaite également ne pas utiliser de tourbe comme substrat de culture, son prélèvement dans les tourbières posant de gros problèmes écologiques. Les tourbières sont des écosystèmes uniques, des zones humides qui stockent de 15 à 30% du carbone, il est urgent de les préserver.

Parce que jardiner et produire sa propre nourriture, c’est prendre conscience du monde qui nous entoure, faire une pause dans nos vies accélérées, et s’émanciper.

Vous ne pensez pas avoir assez de terrain ? Regardez comment cette famille américaine parvient à être autosuffisante en légumes et se dégager un petit revenu sur moins de 400m² cultivés !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*