L’invasion des produits chimiques

Fabrice Nicolino, auteur du livre Un Empoisonnement universel, nous parle de l’histoire de l’utilisation des produits chimiques et de leur omniprésence dans notre environnement et sur la Terre.

Comment en est-on arrivé là ? Principalement en ne demandant pas de comptes aux industriels qui peuvent généralement se permettre de polluer en toute impunité.

Le bisphénol A est le perturbateur endocrinien chimique le plus craint et médiatisé, ce qui pousse les industriels à rechercher d’autres adjuvants pour le remplacer. Le problème, c’est qu’on ne connait rien de ces nouveaux adjuvants, peut-être sont-ils plus toxiques que le bisphénol A ? Difficile de le savoir, il faudra attendre longtemps avant de s’en rendre compte.

C’est surtout « l’effet cocktail, le mélange de ces substances qui est à craindre. En toxicologie on avait l’habitude de déclarer que « la dose fait le poison », ce qui est remis en cause : personne ne sait prédire l’effet de l’assemblage de molécules des perturbateurs endocriniens dans un corps humain, mais on suppose que le danger est décuplé. Quand on sait qu’il existe plus de 900 types de perturbateurs endocriniens connus, ça fait peur.

Il y a bien sûr un réel besoin d’une réelle législation autour de la perturbation endocrinienne, rendue difficile à mettre en place par l’importance des lobbys industriels et des conflits d’intérêt.

On assiste en effet aux chaises musicales des responsables du secteur industriel ou pharmaceutique qui deviennent employés dans des agences comme l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA), reviennent travailler dans l’industrie, etc.

Encore une fois, c’est au niveau politique qu’il est dur d’évoluer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*