Changer le monde avec des champignons

Découvrez 6 façons de changer le monde avec des champignons, par le mycologue Paul Stamets : dépolluer les sols, guérir de la variole ou de la grippe, créer des insecticides… ce ne sont pas qu’une source d’alimentation !

Voici la transcription de sa conférence en français (issue du site TED)

J’aime les défis, et sauver la Terre est probablement un bon défi. Nous savons tous que la Terre est en danger. Nous sommes entrés dans le sixième X — la sixième grande extinction de la planète. Je me suis souvent demandé s’il y avait une Organisation Unie des Organismes — connue aussi sous le nom de « Oh – oh » — (Rires) – et si tous les organismes avaient un droit de vote, le résultat du vote serait-il pour notre maintien sur la planète, ou pour notre expulsion? Je pense que ce vote se déroule en ce moment même.

Je tiens à vous présenter une série de six solutions mycologiques qui utilisent les champignons, et ces solutions sont fondées sur le mycélium. Le mycelium est présent dans tous les paysages, il retient les sols, il est extrêmement tenace. Celui-ci retient jusqu’à 30 000 fois sa masse. Ce sont les grands désassembleurs moléculaires de la nature — les magiciens du sol. Ils génèrent l’humus sur tous les continents de la Terre. Nous avons maintenant découvert qu’il existe un transfert multi-directionnel de nutriments entre les plantes coordonné par le mycélium — le mycélium donc est la mère qui donne les nutriments de l’aulne et du bouleau aux pruches, aux cèdres et aux sapins Douglas.

Dusty et moi, nous nous plaisons à dire que le dimanche, c’est là que nous allons à l’église. Je suis amoureux des forêts anciennes, et je suis un patriote américain parce que nous en avons. La plupart d’entre vous connaissez bien les champignons de Paris. Et franchement, je suis face à un obstacle majeur : lorsque je parle à quelqu’un de champignons, il pense immédiatement champignons de Paris ou champignons hallucinogènes, leur regard devient terne, et ils pensent que je suis un peu fou. J’espère donc faire éclater ce préjugé une fois pour toute avec votre groupe . Nous appelons ça la mycophobie, la peur irrationnelle de l’inconnu quand il s’agit de champignons.

Les champignons ont une croissance très rapide. 21ème Jour, 23ème jour, 25ème jour. Les champignons produisent de puissants antibiotiques. En fait, nous sommes plus proches des champignons que de tout autre règne. Un groupe de 20 microbiologistes eucaryotes a publié un article il y a deux ans, qui érigeait les opisthocontes — un super-règne qui rassemble le règne animal et les champignons. Nous partageons les mêmes agents pathogènes. Les champignons n’aiment pas pourrir à à cause de bactéries, et donc nos meilleurs antibiotiques viennent des champignons. Mais voici un champignon qui n’est plus de première jeunesse. Après avoir sporulé, ils pourrissent. Mais je postule que la série de microbes qui apparaissent sur les champignons en train de pourrir sont essentiels pour la santé de la forêt. Ils permettent aux arbres de pousser, ils créent les champs de débris qui nourrissent le mycélium.

Et donc, nous voyons ici un champignon en train de sporuler. Et les spores germinent, et le mycélium se forme et va dans le sous-sol. Dans un seul pouce cube (2,54 cm cube) de sol, il peut y avoir plus de huit miles (12,87 kilomètres) de ces cellules. Mon pied couvre environ 300 miles (483 kilomètres) de mycélium.

Voici des microphotographies de Nick Read et Patrick Hickey. Et remarquez que pendant que le mycélium se développe, il conquiert le territoire et puis il commence à former un réseau. Je suis un spécialiste du microscope à balayage électronique depuis de nombreuses années, J’ai des milliers de micrographes électroniques, et quand je regarde le mycélium je me rends compte que ce sont des membranes de microfiltration. Nous expirons du dioxyde de carbone, le mycélium aussi. Il inhale de l’oxygène, tout comme nous. Mais ce sont essentiellement des estomacs et des poumons externalisés. Et je vous présente un concept selon lequel ce sont des membranes neurologiques étendues. Et dans ces cavités, ces microcavités se forment, et alors qu’elles fusionnent les sols, elles absorbent de l’eau. Ce sont de petits puits. Et à l’intérieur de ces puits, des communautés microbiennes commencent à se former ensuite. Et c’est ainsi que le sol spongieux, non seulement résiste à l’érosion, mais met en place un univers microbien qui donne naissance à une pluralité d’autres organismes.

J’ai d’abord avancé, au début des années 1990, que le mycélium est l’Internet naturel de la planète. Quand vous regardez le mycélium, il est très ramifié. Et si il y a une branche qui est cassée, alors très vite, grâce aux noeuds de croisements — les ingénieurs Internet peuvent les appeller des points chauds — il y a des parcours de substitution pour l’acheminement de nutriments et d’informations. Le mycélium est doué de sensations. Il sait que vous êtes là. Lorsque vous vous promenez à travers les paysages, il bondit dans les traces de vos pas en essayant de récupérer des débris. Je pense donc que l’invention de l’Internet des ordinateurs est une conséquence inévitable d’un modèle abouti antérieurement et biologiquement prouvé. La Terre a inventé l’Internet des ordinateurs pour son propre bénéfice, et nous maintenant, qui sommes l’organisme au sommet du système sur cette planète, essayons de répartir les ressources afin de protéger la biosphère.

Si on pousse à l’extrême, la matière noire suit le même archétype mycéliaire. Je pense que la matière engendre la vie, la vie devient des cellules isolées, les cellules isolées deviennent des cordes, les cordes deviennent des chaînes, les chaînes un réseau. Et c’est le paradigme que nous voyons dans tout l’univers.

La plupart d’entre vous ne savent peut-être pas que les champignons ont été les premiers organismes à venir sur la terre. Ils sont venus sur la terre il y a 1,3 milliards d’années, et les plantes ont suivi plusieurs centaines de millions d’années plus tard. Comment est-ce possible? C’est possible parce que le mycélium produit des acides oxaliques et bien d’autres acides et enzymes, qui attaquent la roche et capturent le calcium et d’autres minéraux et forment les oxalates de calcium. Il fait s’effriter les rochers, et c’est la première étape dans la production de sol. L’acide oxalique est fait de deux molécules de dioxyde de carbone assemblées. Ainsi, les champignons et le mycelium renferment du dioxyde de carbone sous la forme d’oxalates de calcium. Et toutes sortes d’autres oxalates renferment aussi du dioxyde de carbone par le biais des minéraux qui sont formés et sortis de la matrice rocheuse.

On a découvert cela pour la première fois en 1859. Voici une photographie de Franz Hueber. Cette photographie a été prise en 1950 en Arabie saoudite. Il y a 420 millions d’années, cet organisme existait. On l’a appelé Prototaxites. Prototaxites, couché, mesurait environ 90 cm de hauteur. Les plus grandes plantes sur la Terre à l’époque mesuraient moins de 60 cm. Le Dr Boyce, à l’Université de Chicago, a publié un article dans le Journal de géologie l’an dernier dans lequel il a été déterminé que Prototaxites était un fungus géant, un champignon géant. Ces champignons géants étaient disséminés sur toute la Terre. Sur la plupart des terres émergées. Et ils ont existé pendant des dizaines de millions d’années.

Maintenant, nous avons eu plusieurs vagues d’extinction et, comme nous avançons — il y a 65 millions d’années — la plupart d’entre vous sait ça — nous avons subi l’impact d’un astéroïde. La terre a été frappée par un astéroïde, une énorme quantité de débris a été larguée dans l’atmosphère. La lumière du soleil n’arrivait plus, et les champignons ont hérité de la Terre. Les organismes qui s’étaient associés avec des champignons ont été récompensés, parce que les champignons n’ont pas besoin de lumière. Plus récemment, à l’Université Einstein, on vient d’établir que les champignons utilisent des rayons en tant que source d’énergie, comme les plantes utilisent la lumière. Ainsi, la perspective de champignons existant ailleurs sur d’autres planètes, est, je crois, courue d’avance, au moins dans mon esprit.

Le plus grand organisme au monde est dans l’Est de l’Oregon. Je ne pouvais pas le manquer. Il fait 2200 acres (9 km carrés). 2200 acres (9 km carrés) de superficie, 2000 ans d’äge. Le plus grand organisme de la planète est un tapis myceliaire, une paroi avec une seule cellule d’épaisseur. Comment se fait-il que cet organisme puisse être si grand, et pourtant n’avoir l’épaisseur que d’une seule cellule, alors que nous sommes protégés par cinq ou six couches de peau? Le mycélium, dans de bonnes conditions, produit un champignon — il traverse le sol avec une férocité telle qu’il peut briser l’asphalte. Nous avons participé à plusieurs expériences. Je vais vous montrer six, si je le peux, solutions pour aider à sauver le monde. Les laboratoires Battelle et moi-même avons travaillé ensemble à Bellingham, dans l’état de Washington. Il y avait quatre tas saturés de diesel et d’autres déchets pétroliers. Le premier est un tas contrôle, un autre tas a été traité avec des enzymes, un autre tas a été traité avec des bactéries et nous avons inoculé notre tas avec du mycélium de champignon. Le mycélium absorbe l’huile. Le mycélium produit des enzymes — des peroxydases – qui brisent les liaisons carbone-hydrogène. Ce sont les mêmes liaisons qui font la cohésion des hydrocarbures. Donc, le mycélium est saturé de ce pétrole, et puis, lorsque nous sommes revenus six semaines plus tard, toutes les bâches ont été enlevées, tous les autres tas étaient morts, noirs et puants. Nous sommes revenus à notre tas, il était couvert de centaines de kilos de pleurotes — et sa couleur avait viré au clair. Les enzymes ont re-combiné les hydrocarbures en hydrates de carbone – des sucres fongiques.

Certains de ces champignons sont des champignons très heureux. Ils sont très grands. Ils montrent toute l’alimentation qu’ils ont pu obtenir. Mais quelque chose d’autre s’est produit, qui a été une révélation dans ma vie. Ils ont sporulé, les spores ont attiré des insectes, les insectes ont pondu des oeufs, les oeufs sont devenus des larves. Les oiseaux sont venus ensuite, en apportant des graines, et notre tas est devenu une oasis de vie. Alors que les trois autres tas étaient morts, noirs et puants, et les HAP – les hydrocarbures aromatiques — sont passés de 10.000 parts par million à moins de 200 en huit semaines. La dernière image, que nous n’avons pas — est celle du tas tout entier devenu un talus vert grouillant de vie. Ce sont des espèces d’introduction. Des espèces d’avant-garde qui ouvrent la porte à d’autres communautés biologiques.

Alors j’ai inventé des sacs de toile de jute – de la semence en abris — et en mettant le mycélium – en utilisant les débris ramenés par les tempêtes vous pouvez prendre ces sacs de toile de jute et les mettre en aval d’une ferme qui produit de la bactérie E. coli, ou d’autres déchets, ou d’une usine de produits chimiques toxiques, et on obtient la restauration de l’habitat. Donc, nous avons mis en place un site à Mason County, état de Washington, et nous avons constaté une diminution spectaculaire de la quantité de coliformes. Et je vais vous montrer un graphique ici. Il s’agit d’une échelle logarithmique, 10 à la puissance huit. Il y a plus de 100 millions de colonies par gramme, et 10 à la puissance trois en a environ 1000. En 48 à 72 heures, ces trois espèces de champignons ont réduit la quantité de bactéries coliformes par un facteur de 10 000. Pensez à ce que ça implique. Il s’agit d’une méthode qui économise l’espace et qui utilise des débris laissés par les tempêtes — et nous pouvons être assurés que nous aurons des tempêtes chaque année.

Donc, ce champignon, en particulier, a attiré notre intérêt avec le temps. Voici ma femme Dusty avec un champignon appelé Fomitopsis officinalis – Agaricon. C’est un champignon qu’on ne trouve que dans la forêt ancienne, et que Dioscorides a décrit pour la première fois en 65 après J-C. comme un traitement contre la tuberculose. Ce champignon pousse dans l’état de Washington, en Oregon, en Californie du Nord, en Colombie-Britannique, et semble avoir aujourd’hui disparu en Europe. Il ne semble peut-être pas si grand — approchons nous. C’est un champignon extrêmement rare. Notre équipe — et nous avons une équipe d’experts qui vont sur le terrain — nous sommes sortis 20 fois dans les forêts anciennes l’an dernier. Nous avons trouvé un échantillon pour pouvoir le mettre en culture.

Préserver le génome de ces champignons dans les forêts anciennes est, je crois, absolument essentiel pour la santé humaine. J’ai été impliqué dans le programme Bioshield du Ministère Américain de la Défense. Nous avons présenté plus de 300 échantillons de champignons qui ont été bouillis dans de l’eau chaude, et le mycélium qui récolte ces métabolites extracellulaires. Et il y a quelques années, nous avons reçus ces résultats. Nous avons trois différentes souches de champignons Agaricon qui ont été très actives contre le virus de la variole. Dr. Earl Kern, qui est un expert sur la variole du Ministère américain de la Défense, indique que tous les composés qui ont un indice de sélectivité de deux ou plus sont actifs. 10 ou plus sont considérés comme très actifs. Nous souches de champignons étaient dans la tranche très active. Il y a un communiqué de presse approuvé que vous pouvez lire — il est approuvé par le Ministère de la Défense, si vous tapez dans Google « Stamets » et « variole » Ou vous pouvez aller sur NPR.org et écouter une interview en direct.

Donc, encouragés par ce résultat, naturellement, nous sommes passés aux virus de la grippe. Et pour la première fois je montre ceci. Nous avons trois différentes souches de champignons Agaricon hautement actifs contre les virus de la grippe. Voici les indices de la sélectivité — contre la variole, vous avez vu des 10 et des 20 – maintenant contre les virus de la grippe, par rapport aux groupes de contrôles avec la ribavirine, nous avons une activité extraordinairement élevée. Et nous utilisons un extrait naturel dans la même fenêtre de dosage qu’un produit pharmaceutique pur. Nous l’avons essayé contre les virus de grippe A – H1N1, H3N2 — ainsi que contre les virus de grippe B. Et ensuite nous avons essayé un mélange, et dans une combinaison de mélange, nous l’avons essayé contre le virus H5N1, et nous avons obtenu un index de sélectivité supérieur à 1000. (Applaudissements) Je pense donc que nous pouvons dire que nous devons sauver la forêt ancienne car c’est une question de défense nationale. (Applaudissements)

Je me suis intéressé à des champignons entomopathogènes — les champignons qui tuent les insectes. Des fourmis charpentières détruisaient notre maison. Je suis donc allé sur la page d’accueil de l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA), et ils recommandaient des études avec des espèces de Metarhizium d’un groupe de champignons qui tuent les fourmis, ainsi que les termites. J’ai fait quelque chose que personne d’autre n’avait fait. J’ai chassé le mycélium quand il a cessé de produire des spores. Voici des spores – c’est dans leurs spores. J’ai été en mesure de transformer la culture en une forme non sporulante. Et donc l’industrie a dépensé plus de 100 millions de dollars uniquement sur des appêts pour empécher les termites de dévorer votre maison. Mais les insectes ne sont pas stupides, et ils évitaient les spores quand ils se rapprochaient, et donc j’ai transformé les cultures en une forme non-sporulante. Et j’ai pris l’assiette Barbie de ma fille, je l’ai mis là où un groupe de fourmis charpentières faisaient des champs de débris, tous les jours, dans ma maison, et les fourmis ont été attirées par le mycélium, parce qu’il n’y a pas de spores. Elles l’ont donné à la reine. Une semaine plus tard, je n’avais plus aucun tas de sciure.

Et ensuite — danse délicate entre le dîner et la mort — le mycélium est consommé par les fourmis, elles sont momifiées et, bang, un champignon sort de leur tête. (Rires) Maintenant, après sporulation, les spores agissent comme un répulsif. Ainsi, la maison ne convient plus à une invasion. Vous avez donc une solution quasi-permanente contre la ré-invasion de termites. Et donc ma maison a été démolie, j’ai reçu mon premier brevet contre les foumis charpentières, les termites et les fourmis rouges. Ensuite, nous avons essayé des extraits, et admirez, nous pouvons orienter les insectes vers des directions différentes. Cela a des implications énormes. J’ai ensuite reçu mon deuxiême brevet – et c’est un gros. On l’appelle un brevet Alexander Graham Bell — Il couvre plus de 200,000 espèces. C’est la technologie la plus dérangeante, des cadres de l’industrie des pesticides m’ont confié, qu’ils aient jamais rencontrée. Cela pourrait réorganiser totalement l’industrie des pesticides dans le monde entier. Vous pourriez mettre 100 étudiants en doctorat sur ce concept, parce que mon hypothèse est que les champignons entomopathogènes, avant la sporulation, attirent les mêmes insectes. qui sont par ailleurs repoussés par leurs spores.

Et donc j’ai créé une Life Box, une boîte de vie parce que j’avais besoin d’un système de livraison. La Life Box — vous allez recevoir un DVD de la conférence TED — vous ajoutez de la terre, vous ajoutez de l’eau, vous avez des champignons mycorhizes et des champignons endophytes, ainsi que des spores, comme ceux du champignon Agaricon. Ce mycelium va ensuite donner vie aux graines Et puis, vous mettez des graines d’arbre là dedans, et puis vous vous retrouverez en train de cultiver — potentiellement — une forêt ancienne dans une boîte en carton.

Je tiens à réinventer le systême de livraison, et l’utilisation du carton dans le monde, afin qu’ils deviennent des empreintes écologiques. S’il on pouvait mettre en place un site comme YouTube, on pourrait le rendre interactif, en fonction du code postal, les gens pourraient s’y réunir, et grâce à des systèmes d’imagerie par satellite, grâce à Virtual Earth ou Google Earth, on pourrait confirmer que les crédits carbone sont emprisonnés. par les arbres qui poussent par le biais des Life Box.

Vous pouvez prendre une boîte en carton pour la livraison des chaussures, vous pouvez ajouter de l’eau — ce que j’ai développé pour la communauté de réfugiés — du maïs, des haricots et des courges, et des oignons. J’ai pris plusieurs contenants — ma femme a dit que si je pouvais le faire, n’importe qui pouvait le faire — et j’ai fini par faire un jardin de graines.  Ensuite on récolte les graines – et merci à vous, Eric Rasmussen, pour votre aide sur ce point — et ensuite, vous pouvez récolter les graines. Ensuite, vous pouvez récolter les grains, puis il vous suffit de quelques grains — J’y ajoute du mycelium, et ensuite j’inocule les épis de maïs. Maintenant, trois épis de maïs, pas d’autre grain — beaucoup de champignons commencent à se former Trop de retraits de la banque carbone, et ce sera la fin de cette population. Mais regardez ce qui se passe ici. Les champignons sont ensuite récoltés, mais ce qui est très important, le mycelium a converti la cellulose en sucres fongiques. Et alors, je me suis dit, comment pourrions nous aborder la crise de l’énergie dans notre pays? Et nous avons créé l’Econol.

Produire de l’éthanol à partir de cellulose en utilisant le mycelium comme intermédiaire — approte tous les bienfaits que je vous ai déjà décrits. Mais passer de la cellulose à l’éthanol est écologiquement stupide et je crois que nous devons nous montrer éconologiquement intelligents quant à la production de carburants. Donc mettons en place des banques carbone sur la planète, renouvelons les sols — voici une espèce avec laquelle nous devons collaborer. Je pense qu’utiliser le mycélium peut aider à sauver le monde. Merci beaucoup. (Applaudissements)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*