Visite d’une serre aquaponique urbaine

A l’occasion d’un atelier sur l’aquaponie à Vancouver, j’ai eu la chance de pouvoir visiter la gigantesque installation aquaponique d’un particulier passionné, Shaun, ainsi que le reste de son jardin, qui valent le détour.

L’aquaponie dans la serre

Entrée de la serre

Entrée de la serre

Nous entrons dans l’immense serre d’environ 40m² et plus de 3m de haut.

La structure de la serre est en bois

La structure de la serre est en bois

90 tilapia cohabitent dans l'aquarium

90 tilapia cohabitent dans l’aquarium

Elle héberge 90 tilapias qui contribuent à fertiliser les légumes de la serre, principalement des tomates et des salades à cette saison. Des lampes de croissance apportent un complément de lumière aux plantes (elles sont allumées lorsque la lumière naturelle devient insuffisante).

Une application pour gérer les différents paramètres de la serre

Une application pour gérer les différents paramètres de la serre

L’installation est impressionnante et onéreuse. Une application web permet à Shaun de suivre de nombreux indicateurs : température extérieure, intérieure, hygrométrie, niveau de l’eau…

Les jeunes plants qui flottent

La pépinière en système flottant

Les jeunes plants poussent dans un système flottant (« raft system« ) : les racines sont directement dans l’eau et les plants flottent directement sur l’eau, contenus par du polystyrène. Cette méthode est la plus facile à mettre en place mais demande une très bonne circulation de l’eau.

Les racines sont directement en contact avec l'eau

Les racines sont directement en contact avec l’eau

Le filtre biologique fournit un habitat idéal aux bactéries qui permettent le cycle de l’azote. Les billes de plastiques offrent beaucoup de surface pour avoir le plus de bactéries possible.

Bio-filtre pour le cycle de l'azote

Bio-filtre pour le cycle de l’azote

Le filtre sépare l'eau des déjections solide des poissons

Le filtre sépare l’eau des déjections solide des poissons

Les tomates poussent dans les billes d'argile

Les tomates poussent dans les billes d’argile

Les légumes/fruits poussent bien sûr hors sol dans des lits de culture contenant des billes d’argile expansée.

Les tomates règnent en maîtres, mais d’autres cultures sont aussi présentes : de très belles salades, des concombres, des plantes aromatiques et même des betteraves !

Il faut savoir que les déjections des poissons (une fois transformées par les bactéries) produisent surtout de l’azote et sont donc particulièrement adaptées aux légumes feuilles : salades, aromatiques, jeunes pousses…

Des salades parfaites

Des salades parfaites

Les concombres grimpent sur la structure de la serre

Les concombres grimpent sur la structure de la serre

Des betteraves en aquaponie !

Des betteraves en aquaponie !

 

 

Le reste de la ferme urbaine

Les haricots d'Espagne occupent joliment l'espace vertical

Les haricots d’Espagne occupent joliment l’espace vertical

Les courges grimpent sur un tunnel en grillage

Les courges grimpent sur un tunnel en grillage

Des fraisiers au pied des murs

Des fraisiers au pied des murs

En sortant de la ferme, le reste du jardin continue à nous surprendre.

C’est le terrain de jeu de Vita, la femme de Shaun. Elle arrive à faire pousser une variété et une quantité impressionnantes de légumes, sur seulement 50m² environ.

Pour arriver à ce résultat, elle a quelques astuces :

– elle utilise l’espace de façon intensive : la polyculture permet d’associer des plantes compagnes qui s’apportent des bénéfices mutuellement et ont souvent un système racinaire différent. Cela permet de les planter un peu plus près qu’en monoculture.

– chaque espace de culture potentiel est utilisé : les légumes poussent dans des bacs, des pots, des bacs suspendus… Certains pots s’irriguent par le fond (l’eau remonte la terre par capillarité), ce qui présente de nombreux avantages. Comme l’humidité s’estompe en remontant près de la surface, l’évaporation est quasi nulle. Ce système permet aussi plus d’absences, un réservoir se chargeant d’irriguer le reste du bac au fil des jours. Si cela vous intéresse, de nombreuses ressources sur les « wicking beds » sont disponibles en ligne.

– l’espace est aussi utilisé de façon verticale : les haricots et les courges grimpent sur leurs tuteurs et créent de l’ombre pour les plantes qui se trouvent en dessous. Les légumes racine occupent la partie souterraine tandis que la bourrache et d’autres fleurs attirent les pollinisateurs.

– ils élèvent des lapins qui se nourrissent de granulés et épluchures. Ils produisent de la viande de très bonne qualité sur peu d’espace et leurs déjections sont riches en éléments nutritifs pour les plantes.

– 3 grands bacs de vermicompost (à maturité différente) contribuent à améliorer la terre. Les vers Eisenia fetida travaillent les épluchures et les déjections des lapins dont ils raffolent. L’amendement qu’ils produisent est exceptionnel : les vers apportent de nombreux champignons et bactéries bénéfiques à la vie du sol. Sa structure est très proche de l’humus (la terre idéale) et agit comme une éponge avec l’humidité. Une fois dilué, le thé de compost (le liquide issu du vermicompost) active la vie du sol.

Les fleurs de bourrache attirent les pollinisateurs et apporte une touche de fraîcheur aux salades

Les fleurs de bourrache attirent les pollinisateurs et apporte une touche de fraîcheur aux salades

Ils élèvent aussi des lapins

Ils élèvent aussi des lapins

 

L'or noir, le vermicompost

L’or noir, le vermicompost

 

Pots à irrigation par le fond

Pots à irrigation par le fond

 

Un bel exemple d'utilisation de l'espace vertical

Un bel exemple d’utilisation de l’espace vertical

En conclusion, une belle découverte de ce qu’il est possible de faire dans un jardin de taille réduite en ville.

Même si la serre en aquaponie est vraiment impressionnante, c’est la productivité du jardin qui m’a le plus bluffée.

17 commentaires pour “Visite d’une serre aquaponique urbaine
  1. Mimie dit :

    Magnifique reportage sur cette ferme urbaine aquaponique, chaque photo fait rêver de pouvoir en faire autant !
    Bravo

  2. JUDITH dit :

    J’aimerais savoir le nom de l’application mobile pour le contrôle de la température, hygromêtrie etc. merci

    • Valentine dit :

      Bonjour Judith,
      L’application qu’il utilise pour suivre la température de l’eau et de la serre est Monnit, je ne sais pas si on peut l’utiliser en France.
      Bonne recherche
      Valentine

  3. jéjé dit :

    Magnifique installation! Je n’ai cependant pas compris un point : ils vivent de leur jardin uniquement ou ils ont un métier à coté ?

    • Valentine dit :

      Bonjour Jéjé,

      Non c’est un loisir, ils ont tous les deux un métier qui n’a rien à voir.

      • jéjé dit :

        Dans ce cas chapeau bas! ils ont l’air d’avoir du boulot. Mais comment font ils pour avoir le temps d’entretenir tout ça? Serait-il possible de savoir à quels document ils se sont référer pour leur jardin et leur serre? Au passage j’adore ce blog qui est vraiment agréable à lire et qui possède de nombreux document particulièrement intéressant.

        • Valentine dit :

          Merci ! Malheureusement je n’ai pas les infos concernant leurs documentation. Shaun est passionné et passe beaucoup de temps dans son installation.
          A bientôt

  4. Aquaponie dit :

    Purée, ça c’est du système de compétition!
    Tu saurais me donner le nom de l’application qu’ils utilisent avec leur smartphone stp? J’en cherche également un pour mon système 🙂

    Merci par avance et bravo pour cet article au top!

  5. Permacube dit :

    Bonjour, Alors ça c’est une serre de malade ! Ca donne franchement envie votre article. Merci, maintenant je suis jaloux !

  6. Permaculture dit :

    Wow c’est super! Je suis tombé sur l’article par hasard et je ne suis pas déçu!!! Cette serre fait rêver 🙂

  7. Jean Jouanno dit :

    Félicitations, j’ai déjà fait des essais avec bac IBC et des billes d’argiles … mais je recommence tout (à plus de 84 ans )
    dans une serre/ véranda de 3m x 2m pour obtenir ma nourriture chez moi: mais je ne veux plus bricoler à mon age et cherche du matériel adapté à ce concept pour devenir rapidement opérationnel
    Merci d’avance de vos précieux conseils

  8. GRANCHERE dit :

    Bonjour,
    Très bel article! Nous sommes un groupe d’étudiants travaillant sur un projet de création d’un système aquaponique. Nous sommes à la recherche d’informations concernant l’aspect technique de l’installation et le coût des matériaux (ex: bio filtre) ?
    Merci d’avance 🙂

  9. Bazire Josiane dit :

    Je cherche quelqu’un dans ma région Le Blayais pour m’établir un devis pour installer une serre aquaponie par avance je vous remercie de la réponse que vous voudrez bien me donner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*