Visite du jardin Alan Chadwick (agroécologie)

panneau-agroecologie

Une cabane à insectes

Une cabane à insectes

Ce jardin a été créé en 1967 par Alan Chadwick à Santa Cruz, en Californie. Il produit des fleurs, légumes et des fruits et sert de terrain de jeu à de nombreux étudiants et apprentis en agro-écologie.

Alan Chadwick était un jardinier original, influencé par les travaux de Rudolf Steiner, père de la biodynamie. Le principe de base de l’agriculture biodynamique est de considérer un jardin (ou une ferme, bref un lieu…) comme un écosystème, dans sa globalité.

C’est de la biodynamie que Chadwick s’inspire lorsqu’il travaille avec avec la lune (surtout pour les semis, en lune montante ou descendante), le compagnonnage des plantes (arbres, fleurs et légumes) et l’absence d’intrants synthétiques (on aperçoit de nombreux pieds de consoude, ce qui peut laisser penser qu’il utilisait des purins de plantes).

Les abeilles pollinisent le jardin sans relâche

Les abeilles pollinisent le jardin sans relâche

La fameuse consoude est bien sûre présente

La fameuse consoude est bien sûre présente

Les mouches des fruits sont trompées avec des pièges à phéromones.

Les mouches des fruits sont trompées avec des pièges à phéromones.

Engrais verts

Des engrais verts préparent le sol

Il s’inspirait également de « l’agriculture intensive française » issue des techniques des maraîchers de Paris, qui faisaient bon usage des tonnes de fumier de cheval disponibles et plantaient leur légumes très proches les uns des autre, afin d’avoir une production maximale, tout en couvrant le sol pour éviter de désherber et limiter l’évaporation.

Il est l’un de ceux qui ont participé à créer ce que l’on appelle aujourd’hui la micro-agriculture biointensive.

Ainsi de nombreux lieux mettent ses idées en pratique ses idées, on peut cite Ecology Action de John Jeavons, Eliott Coleman chez les anglophones. Coté français, la ferme du Bec Hellouin est sûrement l’un des ses ambassadeurs les plus connus (de très nombreux jardiniers anonymes utilisent aussi ses principes en toute discrétion).

Poivrons sous les pêchers

Poivrons sous les pêchers

Des arbres au milieu des planches de culture

Des arbres au milieu des planches de culture

En se promenant dans les rangs, on peut constater l’utilisation d’engrais verts pour améliorer le sol des planches avant les cultures et créer de la biomasse utile en compost, en paillage ou directement incorporée dans le sol.

La vie hors du sol est aussi encouragée : un abri à insectes offre un habitat accueillant pour les insectes bénéfiques, et les nombreuses fleurs attirent les pollinisateurs.

En revanche, des pièges à phéromones piègent certains insectes ravageurs (des mouches de fruits il me semble).

Des salades sous les fruitiers

Des salades sous les fruitiers

De nombreuses planches de culture sont situées entre des arbres. Des fruitiers sont parfois même plantés en plein milieu d’une planche !

Les arbres, en plus de fournir bien sûr des fruits, apportent de l’ombre et de la fraîcheur aux légumes qui se trouvent en-dessous.

Les arbres créent aussi de la biomasse, et leurs racines profondes permettent de remonter des nutriments qui ne seraient sinon pas disponibles pour les racines peu profondes des légumes. Ils ajoute un étage très utile dans le but de créer une forêt comestible, concept souvent évoqué en permaculture.

Ce qui m’a étonné, c’est de voir des cultures comme des poivrons, très gourmands en soleil et chaleur, au milieu des fruitiers. Et ils avaient l’air en forme.

Un bel exemple de mise en en oeuvre des principes d’agroforesterie.

Mélanges de légumes

Mélanges de légumes

N'oublions pas qu'un jardin peut être beau !

N’oublions pas qu’un jardin peut être beau et productif !

Les chemins sont paillés avec du BRF, qui apporte du carbone au sol et favorise le développement du mycelium.

Chadwick préconisait également le double bêchage pour la préparation des sols. Aidé par les nombreux étudiants, il travaillait le sol sur 2 hauteurs de fer de bêche (environ 60 cm de haut). Un travail physique qui ameublit et aère le sol en profondeur, aidant les racines à descendre dans le sol.

Ce travail dérange bien sûr la vie du sol et hérissera les poils de certaines personnes. C’est ainsi contraire à un principe courant en permaculture et en agriculture naturelle (Masanobu Fukuoka) : ne pas déranger le sol pour ne pas perturber les organismes y vivant.

A chacun de placer le curseur entre « aucune intervention sur le sol » et le travail du sol.

Les haricots utilisent l'espace vertical

Les haricots utilisent l’espace vertical

Les fleurs embellissent le paysage, créent de la biomasse et attirent les pollinisateurs.

Les fleurs embellissent le paysage, créent de la biomasse et attirent les pollinisateurs.

En résumé, ce jardin a du beaucoup évoluer depuis la mort de Chadwick en 1980, mais on sent que les étudiants s’appliquent à respecter ses pratiques et son goût de l’expérimentation. Un beau jardin !

Un commentaire pour “Visite du jardin Alan Chadwick (agroécologie)
  1. Carl Martin dit :

    More on Alan Chadwick’s life and work can be found at the following website:

    Alan Chadwick, a Gardener of Souls

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*